Qu’est-ce qu’une ptôse mammaire sévère ?

Ptôse mammaire sévère Dr Benjamin Sarfati

Avec le temps, la poitrine a tendance à s’affaisser. C’est ce que l’on appelle la ptôse mammaire. Différentes opérations de chirurgie mammaire existent pour corriger les effets du temps sur une poitrine tombante.

Ptôse mammaire : qu’est-ce que c’est ?

Le terme de ptôse mammaire définit une poitrine tombante. Le décolleté se vide, le volume des seins est moins rebondi et l’aréole est décentrée et de plus en plus attirée vers le bas. Par ailleurs, il existe un excès de peau au niveau de la poitrine.

La ptôse mammaire se constate surtout de profil. Le diagnostic est posé lorsque l’aréole (et le mamelon) est affaissée au niveau du sillon sous-mammaire, voire au-dessous.

Les causes de la ptôse mammaire

Cette anomalie des seins peut être retrouvée chez certaines jeunes patientes. Elle peut aussi se développer progressivement au fil des ans et apparaître à un âge plus avancé.

Cependant, plusieurs facteurs de risque peuvent être à l’origine d’une poitrine tombante :

  • le vieillissement, responsable du relâchement naturel des tissus ;
  • la grossesse, qui provoque des modifications de volume de la poitrine ;
  • l’allaitement, qui peut majorer le degré de ptôse mammaire ;
  • la perte de poids, qui engendre une fonte graisseuse qui peut « vider » le décolleté.

Les différents degrés de ptôse mammaire

La ptôse mammaire peut revêtir différents degrés en fonction de sa gravité. Pour référence, la position normale d’un sein implique que le mamelon se situe au-dessus du niveau du sillon sous-mammaire (le pli sous le sein). La majorité du volume mammaire est situé dans la partie haute du sein.

La ptôse légère (grade 1)

Le sein est légèrement tombant. Le mamelon est situé au niveau du sillon sous-mammaire. Le volume du sein est tombant en dessous du sillon sous-mammaire.

La ptôse modérée (grade 2)

Le mamelon tombe en dessous du sillon sous-mammaire, mais celui-ci est encore situé dans la partie supérieure du volume global du sein. L’aréole pointe vers le bas de façon modérée.

La ptôse sévère (grade 3)

L’aréole et le mamelon sont situés dans la partie la plus basse du sein, et leur niveau est bien en dessous du sillon sous-mammaire.

Traitements de la ptôse mammaire

La ptôse mammaire peut être corrigée grâce à la chirurgie : la mastopexie. On parle aussi de lifting mammaire ou correction de la ptôse mammaire. L’acte consiste à rehausser les seins pour retrouver un décolleté plus rempli et une poitrine moins affaissée. Il permet de supprimer l’excès de peau, en partie responsable de l’affaissement mammaire.

La mastopexie peut être réalisée selon plusieurs méthodes, en fonction du degré de sévérité de la ptôse mammaire.

La mastopexie sans prothèse

Lorsque le volume des seins est suffisant, le lifting mammaire consiste uniquement à retendre la peau des seins et à remodeler leur volume. L’excédent de peau est supprimé, le volume est conservé. Cette technique permet de redonner à la poitrine une seconde jeunesse sans modifier son volume.

La mastopexie avec prothèse

En revanche, lorsque le volume mammaire n’est pas assez important pour réaliser le geste chirurgical sans modifier la taille des seins, la pose de prothèses est recommandée. La chirurgie permet aussi aux patientes qui le souhaitent d’obtenir une poitrine plus généreuse. Cette technique est idéale pour améliorer le galbe des seins tout en augmentant leur volume. Le choix de la taille des prothèses s’effectue lors d’une consultation avec le chirurgien, avant l’intervention.

La pose de prothèse seule peut suffire à corriger la ptôse mammaire : on parle alors de mastopexie « sans cicatrice ». Les incisions sont presque invisibles, car il n’est pas nécessaire de retirer ni de retendre la peau.

La mastopexie avec réduction mammaire

En présence d’un volume mammaire trop important et de ptôse mammaire sévère, l’intervention peut être couplée à une réduction mammaire.

Quelle que soit la technique utilisée, la mastopexie implique des cicatrices. Leur localisation varie en fonction de l’acte choisi et de la quantité de peau à retirer.

Dr Benjamin Sarfati

Article rédigé par le Dr Benjamin Sarfati

Chirurgien esthétique et plasticien spécialisé dans la chirurgie mammaire, reconnu par le Conseil de l’Ordre de Paris. Je suis également engagé dans l’enseignement et la formation de ses spécialités : chirurgie plastique, esthétique et reconstructrice.

Commentaires